Fabrice Monteiro

Je suis un Agouda. C’est ainsi que Fon, Mina et Yoruba désignent les descendants d’esclaves brésiliens portant un nom d’origine portugaise. Béninois par mon père et Belge par ma mère , j’ai grandi au Benin..
Adulte, je partage mon temps entre la Belgique et le Benin.
La mixité de mes cultures d’origine est ma première source d’inspiration. Les relations entre Afrique et Europe n’ont cessé d’osciller entre attirance et rejet, responsabilisation et déni, reconnaissance et colère. Jamais elles n’ont été indifférentes. L’histoire des peuples afro-européens de ces derniers siècles, dont j’ai hérité la complexité jusque dans mes gènes, oriente tous mes choix artistiques et me donne le regard singulier du vécu.

Depuis 13 ans, grâce à mon métier de mannequin, ma vie est celle d’un globe-trotter. Outre d’ouvrir ma perception au monde, cette activité me permet d’observer en les étudiant les techniques utilisées par les photographes et la particularité du regard de chacun. J’affûte ainsi ma propre vision d’une certaine forme d’esthétisme associée au reflet brutal de la réalité. En 2007, je deviens assistant d’un photographe à New York . Infographiste de formation, je crée aussi en 2004 une ligne graphique pour ma propre collection de vêtements, Gaia Roots Unlimited, qui sera diffusée sur Internet pendant quatre ans. Mais la photographie est résolument la forme artistique qui me permet de témoigner de la manière la plus complète et la plus pertinente de ces choses qui me touchent et me construisent.

A lire sur Afrique in visu, l’interview de Fabrice Monteiro datant du 29 avril 2010 sur sa série " Marrons" :
http://www.afriqueinvisu.org/la-boite-noire-de-fabrice-monteiro,454.html

Voir en ligne :